4 manières dont l’industrie de la mode nuit à l’environnement

La fast fashion et le modèle économique de la mode standard ont un impact négatif considérable sur l’environnement et sur notre santé.

 

Qu’il s’agisse de pesticides, d’engrais, de produits chimiques de traitement, de matériaux synthétiques non biodégradables ou de la quantité d’énergie consommée, les impacts négatifs sont incroyablement importants. Ayant vu les tenants et les aboutissants d’une chaîne d’approvisionnement typique de la mode, je peux vous dire que le travail nécessaire à la fabrication de nos vêtements est très similaire à la façon dont nous obtenons notre nourriture : les ingrédients sont importants.

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur les inconvénients de la deuxième plus grande industrie polluante de la planète et, ensemble, nous espérons pouvoir trouver des solutions durables en tant que consommateurs responsables.

 

tonnes de vetements de differentes couleurs archive 4 manieres dont l'industrie de la mode nuit a l'environnement sanna conscious concept

 

 

Consommation d’eau

L’industrie textile est l’une des plus grandes consommatrices d’eau au monde, utilisant chaque année 3,2 % de la quantité totale d’eau disponible pour les hommes. Sur l’ensemble de la planète, 97 % de l’eau est salée, 2 % est enfermée dans la glace et 1 % est destinée à notre consommation, incluant les rivières et les lacs. Bien que 3,2 % ne semblent pas importants, il faut tenir compte du fait qu’il s’agit de 3,2 % du 1 % de l’eau à laquelle nous avons accès. On estime qu’en une seule année, une grande marque de mode utilise l’équivalent de 43 000 piscines olympiques.

 

deux bateaux au milieu d'un desert archive 4 manieres dont l'industrie de la mode nuit a l'environnement sanna conscious concept

 

Dans le secteur de la mode, l’eau est utilisée de deux manières : pour la culture des matières premières (coton, lin, viscose) et dans le processus de fabrication. L’un des vêtements les plus courants dans le monde est le jeans, dont on produit chaque année environ 2 milliards de pièces. Par exemple, pour fabriquer un célèbre jeans 501, il faut 3 500 litres d’eau, ainsi que 400 mégajoules d’énergie et 32 kg de dioxyde de carbone, ce qui équivaut à faire couler un tuyau d’arrosage pendant 106 minutes, à conduire une voiture pendant 125 km et à alimenter un ordinateur pendant 556 heures. On nous donne très rarement des informations sur les matières premières utilisées pour fabriquer les vêtements que nous achetons, mais l’utilisation de l’eau ne s’arrête pas à la production, elle remonte jusqu’à la culture du coton, qui est l’une des cultures les plus consommatrices d’eau utilisée dans la mode.

 

3 cartes de différentes années montrant la réduction de l’eau archive 4 façons dont l'industrie de la mode nuit à l'environnement sanna conscious concept

 

L’Ouzbékistan, deuxième exportateur mondial de coton, a été confronté à des violations des droits de l’homme et à des catastrophes environnementales lors de la récolte de cette plante. Marché dominé par de puissants politiciens et hommes d’affaires, l’industrie du coton en Ouzbékistan a complètement épuisé la mer Aral dans ses efforts pour irriguer les champs en continu. La main-d’œuvre comprend souvent des enfants déscolarisés pour aider les adultes à atteindre des quotas irréalistes, et pourtant, ce sont les agriculteurs qui continuent de souffrir financièrement d’année en année.

 

 

Pollution par des colorants synthétiques

Dans des pays comme l’Inde, le Bangladesh, le Cambodge ou le Vietnam, il est possible de prédire la “couleur tendance” de la saison en observant la couleur des rivières près des sites de fabrication. Plus de 1,5 million de tonnes de produits chimiques dangereux, à l’impact environnemental irréversible, sont utilisés dans la production de tissus, tels que les colorants azoïques, les NPE et les substances perfluorées toxiques, qui sont des agents cancérigènes connus. Au total, jusqu’à 20 % de la pollution de l’eau dans le monde est due à l’industrie de l’habillement et aux pratiques de teinture synthétique.

 

teinture rose et bleu archive 4 manieres dont l'industrie de la mode nuit a l'environnement sanna conscious concept

 

 

Déchets textiles

Chaque seconde, un camion à ordures rempli de vêtements est brûlé ou envoyé dans une décharge à cause de l’industrie mondiale de la mode. La vitesse à laquelle nous consommons et jetons nos vêtements contribue à la production de grandes quantités de déchets, non seulement dans nos propres décharges, mais surtout dans les pays en développement. Seul un faible pourcentage des vêtements donnés trouve un nouveau foyer dans le pays où ils ont été donnés. Pour le reste des vêtements, il y a trois possibilités : ils sont incinérés, mis en décharge ou envoyés à l’étranger dans des pays comme le Ghana et la Côte d’Ivoire, où ils sont revendus à des commerçants sous forme de gros paquets. Ces paquets se vendent à très bas prix et perturbent à leur tour les marchés locaux de l’habillement.

 

tonnes de dechets archive 4 manieres dont l'industrie de la mode nuit a l'environnement sanna conscious concept

 

Rien qu’aux États-Unis, les décharges de vêtements représentent plus de 125 millions de mètres cubes par an. Le plus inquiétant est que la plupart de ces vêtements sont fabriqués à partir de matériaux non biodégradables, ce qui signifie qu’ils mettront plus de 200 ans à se décomposer… Seul 1 % des vêtements peut être recyclé en nouveaux vêtements, en raison de l’utilisation de fibres mélangées et du manque de technologie de recyclage.

 

 

Fibres synthétiques et leur empreinte carbone

L’utilisation de fibres synthétiques, en particulier le polyester, a un impact considérable sur l’environnement. Le polyester dégage jusqu’à trois fois plus de dioxyde de carbone que les autres fibres et met des centaines d’années à se dégrader. Pourtant, les vêtements synthétiques représentent 60 % de la consommation de fibres de l’industrie mondiale de l’habillement. En outre, en raison de la croissance de la demande de mode rapide, la quantité de polyester utilisée pour fabriquer des vêtements a augmenté de 157 % entre 2000 et aujourd’hui. Un tel chiffre devrait nous inciter à choisir des marques de mode durable qui produisent plutôt des vêtements en fibres naturelles. Pour en savoir plus sur les options de fibres biodégradables, lisez cette archive

 

usine laissant s'echapper du gaz carbone archive 4 facons dont l'industrie de la mode nuit a l'environement sanna conscious concept

 

Chez SANNA, nous pensons qu’il est important de connaître l’origine de nos vêtements, pas seulement où ils ont été fabriqués, mais à partir de quels ingrédients. Lorsque les marques ne sont pas transparentes sur la façon dont leurs vêtements sont fabriqués, nous pensons qu’il est temps d’être sceptiques. C’est notre raison d’être et l’une des raisons d’être de SANNA, un lieu qui soutient les pratiques éthiques et durables en transformant le consumérisme en une voie vers l’activisme. Créer un lieu où la norme est naturelle et biologique, où nos produits d’origine mondiale sont célébrés pour leurs origines locales, et où nous permettons aux consommateurs d’être tenus responsables de leurs achats.

 

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp