3 exemples de l’esclavage moderne dans l’industrie de la mode

En 2019, l’Organisation internationale du travail a révélé après une étude sur l’esclavage moderne, que plus de 40 millions de personnes (dont environ 70% de femmes) étaient exploitées et réduites en esclavage dans le monde. Ce chiffre provient de multiples industries, mais l’industrie de la mode fait partie des pires contrevenants et le textile est la deuxième catégorie de produits la plus exposée à l’esclavage moderne.

L’esclavage moderne est une situation dans laquelle une personne est exploitée et entièrement contrôlée par une autre personne ou organisation, sans possibilité de partir. Cela inclut, le travail forcé, la traite des êtres humains, l’esclavage des enfants, le travail des enfants et le mariage forcé parfois chez les plus jeunes. La plupart de ces pratiques sont répandues à de multiples étapes de la chaîne d’approvisionnement de la mode. 

 

1. Nike et le travail des enfants

 

un enfant confectionnant des vetements archive exemple de l'esclavage moderne dans l'industrie de la mode sanna conscious concept

 

  • En 1991, le militant américain pour les droits des travailleurs, Jeffrey Ballinger a publié un rapport sur les pratiques des usines Nike en Indonésie, révélant un scandale : des salaires en dessous  du minimum, le travail des enfants et des conditions épouvantables semblable à un “sweatshop”  – une usine ou un atelier où les employés travaillent de longues heures pour un faible salaire dans des conditions dangereuses pour la santé.

 

  • En 2016, des enfants syriens ont été retrouvés travaillant sans protection dans des usines dans lesquelles Nike et d’autres marques comme H&M, Adidas, Mango sous-traitent, comme l’a révélé une enquête de l’ONG “Business and Human Rights Resource Center.” 

 

  • Un rapport de 2018 de la Clean Clothes Campaign, a révélé qu’Adidas et Nike versent toujours des salaires de “pauvreté” aux travailleurs. Le rapport demandait à Nike et Adidas de s’engager à verser des salaires “de subsistance” (le montant du revenu nécessaire pour assurer un niveau de vie décent) à ses travailleurs.

 

  • Nike a été critiqué pour son recours au travail des enfants au Cambodge, mais l’entreprise s’est défendue en affirmant que de fausses preuves concernant l’âge pouvaient être achetées au Cambodge pour seulement 5 dollars.

 

2. La communauté ouighours et le travail forcé

 

femmes manifestant pour les ouighours archive exemple de l'esclavage moderne dans l'industrie de la mode sanna conscious concept

 

  • Plus récemment, c’est le scandal visant  les ouïghours, un peuple turcophone habitant dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang et qui d’après le Uyghur Human Right Project, basé à Washington, seraient mis par le gouvernement chinois dans des camps d’internement où ils seraient obligés à travailler sous la menace et en isolement. La région du Xinjiang représente environ 20% du coton utilisé dans le monde, et les marques qui achètent ce coton participent à cette crise des droits de l’homme. 

 

  • Des marques comme Zara ou H&M sont soupçonnées de faire travailler sous la force le peuple ouïghours comme l’atteste le rapport publié en mars 2020 par la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine.

 

3. Boohoo ne paie pas correctement ses employés 

 

femmes travaillant dans une usine textile archive exemple de l'esclavage moderne dans l'industrie de la mode sanna conscious concept

 

  • A Leicester, en Angleterre, Boohoo est accusé de n’avoir payé les employés de son usine de vêtements que 3,50 livres sterling par heure (3,86 euros) alors que le salaire minimum légal est de 8,72 livres sterling (9,20 euros), soit plus du double du salaire des employés. Le cas de Boohoo n’est malheureusement pas isolé et nous montre que les questions relatives au travail forcé ne concernent pas seulement les pays en développement, mais aussi l’Occident. 

 

  • Une citation d’un ancien employé de Boohoo “Cet après-midi-là, un collègue de travail a fait passer un avertissement : Vous ne devez parler à personne de votre travail ici”, a-t-il dit, ” Vous travaillez ici illégalement, alors ne discutez pas et ne dites rien aux autres. Vous devez être discret. Ne discutez pas de cela avec qui que ce soit.” – Le Sunday Times

 

L’industrie de la mode n’est pas la seule à tirer profit du travail des esclaves

 

pecheurs se trouvant au port archive exemple de l'esclavage moderne dans l'industrie de la mode sanna conscious concept

 

Dans le nouveau documentaire de Netflix, Seaspiracy, un documentaire sur les conséquences environnementales de la pêche, il est exposé que parfois les personnes sur les bateaux de pêche sont des personnes qui ont été kidnappées et transformées en esclaves. Dans le film, on voit un pêcheur d’Asie du Sud-Est écrire avec du sang de crevette, un message disant “venez s’il vous plaît” afin que des drones puissent le lire. L’idée est de montrer que lorsqu’une industrie devient trop importante, la première ressource consommable devient le travail humain

L’esclavage dans les industries modernes est beaucoup plus présent qu’on ne le pense. Des entreprises puissantes, sous couvert de capitalisme, utilisent la misère et la pauvreté humaines pour imposer des conditions de travail désastreuses à ces travailleurs, les réduisant à l’état d’esclaves, le tout pour le profit capitaliste de l’Occident. Si une marque n’est pas transparente sur la manière et le lieu de fabrication de ses vêtements, on ne peut que supposer que les réponses sont suffisamment mauvaises pour être cachées. La question qui se pose alors est la suivante : comment pouvons-nous consommer consciemment, et uniquement des marques qui sont authentiquement durables, alors qu’il y a tant de pratiques d’éco blanchiments?

Chez SANNA, notre sélection s’articule autour de la production éthique. Nous sommes conscients qu’une marque ne peut être durable si elle n’est pas d’abord éthique. Toutes les marques avec lesquelles nous collaborons sont transparentes dans leurs méthodes de production et respectent l’un de nos quatre principes de durabilité, afin que vous puissiez consommer en accord avec vos valeurs personnelles. 

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp